Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 18:10

Ici apparaîtra une liste non exhaustive des adaptations de livres au cinéma

 

 

Affiche           Auteurs       titres           réalisateurs       titres des films

 

18649421_jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20060627_061635.jpgOlivier Adam je vais bien ne t'en fait pas Philippe Lioret je vais bien ne t'en fait pas

18654749 jpg-r 160 214-b 1 CFD7E1-f jpg-q x-20060707 042254Alain-Fournier Le grand Meaulnes → Jean-Daniel Verhaeghe le grand Meaulnes

2442d53102062e0e.jpgHervé Bazin vipère au poing  Philippe de Broca vipère au poing

 577c5fa7aa72897cMuriel Barbery l'élégance du hérisson → Mona Achacha le Hérisson

 

18765089_jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20070504_045216.jpgJean Dominique Bauby le scaphandre et le papillon Julian Schnabel le scaphandre et le papillon

Prse3.jpgAzouz Begag Le gone de Chaâba  Christophe Ruggia Le gone de chaâba

1888Bibhouti Bhoushan Banerji la complainte du sentier →Satyajit Ray la complainte du sentier

18799461_jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20070820_123412.jpgFrederick Begbeider 99 francs  Jan Koonen 99 francs

Paff656870439.jpgKaren Blixen la ferme africaine → Sydney Pollack Out of Africa

997ad72ed24ca9ee.jpgWilliam Burrough le festin nu David Cronenberg le festin nu

alice.jpg 18892734_jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20080117_014016.jpg

Lewis Caroll Alice au pays des merveilles Tim Burton  Alice au pays des merveilles

                                                                                    → Walt Disney Alice au pays des merveilles

tn-le-prince-des-marees-4179-1454276315.jpgPat Conroy le prince des marées  → Barbara Streisand le prince des marées

ff70ae8391e27a5e.jpgPhilippe Claudel les âmes grise  →  Yves Angelo les âmes grises

4ece50dc0bff6264.jpgTracy Chevalier la jeune fille à la perle Peter Webber la jeune fille à la perle

0bc165eff78350a0.jpg25f766d90af56b08.jpg

Charles Dickens Oliver Twist  → Roman Polanski Oliver Twist

                                              → David Lean Oliver Twist

76e12d6eb56d695e.jpgBenjamin Constant Adolphe → Benoit Jacquot Adolphe

005281 af jpg-r 160 214-b 1 CFD7E1-f jpg-q x-20020626 05223Umberto Eco le nom de la rose Jean Jacques Annaud Le nom de la rose

51ImA2hK-6L__SL500_AA300_.jpgKen Follett les Piliers de la terre série réalisé par Sergio Mimica Gezzanles piliers de la terre

18744345_jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20070222_044555.jpgAnna Gavalda ensemble c'est tout Claude Berri ensemble c'est tout

82bddb2a60620f76.jpg Philippe Grimberg Un secret Claude Miller un secret

18866745_jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20070907_030605.jpgErnest Hemingway l'adieu aux armes → Franck borzage l'adieu aux armes

 18885178_jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20080104_111011.jpgHosseini les cerfs-volants de Kaboul → Marc Forster les cerfs-volants de Kaboul

59e8bb0f4392d8b8Henri Cueco dialogue avec mon jardinier Jean Becker Dialogue avec mon jardinier

18868618_jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20070907_031443.jpg Laclos  les liaisons dangeureuses Stephen Frears les liaisons dangeureuses

Paff1568145196Georges Montforez les enfants du marais Jean Becker les enfants du marais (scénario Japrisot)

affiche2 jpg-r 160 214-b 1 CFD7E1-f jpg-q x-20030123 043218Amélie Nothomb Stupeur et tremblements Alain Corneau Stupeur et tremblement s

18699730_jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20061130_045415.jpgArto Paasilinna le lièvre de Vatanen Marc Rivière le lièvre de vatanen

08807f822952812e.jpgJ.K Rowling Harry potter → 1,2 Chris Colombus; 3 Alfonso Cuaron; 4 Mike Newell; 5,6,7 Davaid Yates

c6d2ec90a69acfb6.jpgDai Sijie Balzac et la petite tailleuse chinoise  Dai sijie Balzac et la petite tailleuse chinoise

steinbeck.jpg John Steinbeck les raisins de la colère  → John Ford les raisins de la colère 

suskind Patrick Suskind le parfum → Tykwer Tom le parfum

18455665_jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20051024_030147.jpgWilliam Shakespeare beaucoup de bruit pour rien  Branagh Kenneth beaucoup de bruit pour rien

Paff539570986.jpgWilliam Shakespeare Roméo et Juliette  → Baz luhrmann Roméo + Juliette

6335acfa8ebf0e9e.jpgEric-Emmanuel Schmitt Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran → François Dupeyron

 18699288 jpg-r 160 214-b 1 CFD7E1-f jpg-q x-200611-copie-1Eric Emmanuel Schmitt Odette Toulemonde Schmitt Odette Toulemonde

 9b1010a4affe76da.jpg Bram Stoker Dracula → Francis Ford Coppola Dracula 

 Slumdog-Millionaire_fichefilm_imagesfilm.jpg Vikas Swarup les aventures d'un indien malchanceux qui devint milliardaire Danny Boyle Slumdog millionnaire

 60233dae5cf12954.jpg Antonio Tabucchi nocturne indien Alain Corneau nocturne indien

 042107_af_jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20020629_04064.jpgHunter.S.Thompson Las Vegas parano Terry Gilliam  Las Vegas parano

ebf68d75ad91d164.jpgJ.R.RTolkien le seigneur des anneaux → Ralph Bakshi Le seigneur des anneaux

98be1b8a64551564.jpgEmile Zola Germinal Claude Berri Germinal festin nu

joueur-d-echecs.jpgStephan Zweig le joueur d'echec Claude Bernard Le joueur d'echec

d5df7a2eb6c1cf46.jpg Eic Holder l'homme de chevet Alain Moone L'homme de chevet

18886864_jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20080109_063647.jpgAnne Rice Entretien avec un vampire Neil Jordan Entretien avec un vampire

 

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 18:07
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma
Les Artistes font leur cinéma

ARTS PLASTIQUES


Modigliani réalisé par Mick Davis

 

Ceux de chez nous réalisé par Sacha Guitry


Basquiat réalisé par Julian Schnabel


Jean Michel Basquiat : The Radiant Child (2010),  Documentaire de Tamra Davis


Lautrec réalisé par René Planchon


Séraphine réalisé par Martin Provost


Van Gogh réalisé par Maurice Pialat


La jeune fille à la perle, réalisé par Peter Webber (VERMEER)


Pollock, réalisé par Ed Harris

Faites le Mur, 2010 Documentaire de Bansky avec Thierry Guetta, Banksy, Shepard Fairey


Louise Bourgeois : l'araignée, la maîtresse et la mandarine, 2009, Documentaire de Marion Cajori et Amei Wallach


My Left Foot (1990) réalisé par Jim Sheridan

Edvard Munch, la danse de la vie, 1974 réalisé par Peter Watkins

Goya (2001) réalisé par Carlos Saura

Les fantômes de Goya (2007), Goya's Ghosts, Film de Milos Forman


Klimt (2006) Film de Raoul Ruiz


Factory Girl, portrait d'une muse  (2007) Film de George Hickenlooper


La ronde de nuit (2008) Nightwatching, Film de Peter Greenaway


Surviving Picasso (1996) Film de James Ivory


Le mystère Picasso (1956) Documentaire de Henri-Georges Clouzot


Big Eyes (2015) Film de Tim Burton


The Woodmans (2011) Documentaire de Scott Willis

Marina Abramovic : The Artist is Present (2012) Documentaire de Matthew Akers


In the realms of the unreal, (2004), documentaire de Jessica Yu


Frida (2003) Film de Julie Taymor (Frida Kahlo)


Renoir (2013) Film de Gilles Bourdos 


Bruegel, le moulin et la croix (2011) The Mill & the Cross, Film de Lech Majewski


Artemisia (1997) Film de Agnès Merlet
 

Ce que mes yeux ont vu, (2007) réalisé par Laurent de Bartillat (WATTEAU)

 

Le sourirre de Mona Lisa, (2004) réalisé par Mike Newell


Sculpture


 Rivers and Tides (2001) Documentaire de Thomas Riedelsheimer

 

Camille Claudel réalisé par Bruno Nuytten



Photographie

 


  My little princess réalisé par Eva Ionesco, fille et égérie de sa propre mère Irina Ionesco

 Le Sel de la Terre (2014) The Salt of the Earth Documentaire de Juliano Salgado et Wim Wenders



LITTERATURE



Beaumarchais l'insolent réalisé par Edouard Molinaro


Rimbaud Verlaine réalisé par Agnieska Holland

Sade réalisé par Benoit Jacquot


Quills la plume et le sang réalisé par Phillip kaufman


Les enfants du siècle réalisé par Diane Kurys

 

Oscar Wilde réalisé par Brian Gilbert


 Les amants du flore réalisé par Ilan Duran Cohen


Bright star réalisé par Jane Campion


Sagan un charmant petit monstre téléfilm en 2 partie réalisé par Diane Kurys


 Hemingway& Gellhorn, réalisé par Philip Kaufman
 

Bukowski, réalisé par John Dullaghan


Truman Capote, Film de Bennett Miller


Musiciens


 Shine (1997) Film de Scott Hicks


 Amadeus (1984) Film de Milos Forman

La môme réalisé par Olivier Dahan


The Doors réalisé par Oliver Stone


Sid et Nancy réalisé par Alex Cox


Gainsbourg vie héroique réalisé par Joan Sfar


Last day réalisé par Gus Van Sant


The wall  réalisé par Alan Parker


The rose, film sur la vie de Janis Joplin interprété par bette Midler et réalisé par mark Rydell

 



 



Humoristes, couturiers, ++ ? ...

 


 Waste Land (2011) Documentaire de Lucy Walke

Coluche l'histoire d'un mec réalisé par Antoine de Caunes

Coco avant Chanel réalisé par Anne Fontaine

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 18:15

Nicolas-de-Stael.jpg

" L'espace pictural est un mur mais tous les oiseaux du monde y volent librement à toutes profondeurs"  

nicolas-de-stael-les-indes-galantes.jpg

les Indes Galantes

Nicolas-de-stael-3.jpg

Paris la nuit

Nicolas-de-Stael-ToitsDeParis-1952-476x638.jpg

Toits de Paris

nng_images.jpg

" On ne peint jamais ce qu'on voit ou croit voir, on peint à mille vibrations le coup reçu, à recevoir, semblable, différent."

destael-paysage-mediterraneen.jpg

 Paysage méditerranéen

28402332.jpg

Composition

 

"Alors, voilà du bleu, voilà du rouge, du vert à mille miettes broyées différemment et tout cela gagne le large, muet, bien muet."

 

BiBliOgrAphIe :

imagesCA97VOY9.jpg Le prince foudroyé, la vie de Nicolas de Staël ; Laurent Greisalmer Un livre sublime dévoilant le romantisme de ce peintre inspiré

imagesCA47A3OY.jpg Nicolas de Staël, le combat avec l'ange ; Guy Demar.

imagesCABOMDNU.jpg Staël, de Daniel Dobbels

imagesCAZNZM8L.jpg Nicolas de Staël, catalogue d'exposition

 

"Aller jusqu'au bout de soi... tour de passe-passe, acrobate et compagnie, la mort."

  Nicolas-de-Stael-Fleurs-Grises-1953.jpg

Fleurs grises

 

"Cela ne dépend pas du talent, cela ne dépend pas de la maîtrise, cela ne dépend pas de la volonté de faire quelque chose. On se perd à jamais à partir de l'instant où quelque chose se passe, tout est là."

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 13:35
"Tout a une voix, tout a une histoire. Les histoires se cachent partout."

33685819 

 "Je me suis remise entre les mains d'une force impénétrable et j'attends de voir ce qui va s'ensuivre"

 

Théodore Rozak nous livre avec "les mémoires d'Elisabeth Frankenstein" une histoire d'une puissante intensité atmosphérique. Il imagine, dans ce livre, l'initiation de Victor Frankenstein  par sa mère sorcière ... Où comment devint-il ce génie fou ? La narratrice, Elisabeth, n'est autre que la soeur adoptive de Victor, sa future compagne alchimique, la trouvaille esthétique de sa mère ...

Un roman gothique délicieusement rythmé  et extrêmement intelligent.

 

"La reflexion est une sotte habitude humaine, le fruit d'une conscience coupable. La liberté consiste à vivre l'instant présent."

 

CrItIqUeS :

 

"Avec cet hommage à Shelley, Roszak prend tous les risques et gagne son pari haut la main. Passionné, lyrique, ensorcelant..."

Publisher weekly

"De l’alchimie au magnétisme animal de Mesmer, le père de l’hypnose, du savoir des matrones aux <Rêveries> de Rousseau jusqu’au mystère du plaisir féminin, autant de sujets que son hommage élégiaque mais gorgé de sève à Mary Shelley brasse sans rougir."

Telérama 

  

"Surprenant et captivant, le roman de Theodore Roszak est une nouvelle réussite."                                                                                                                                   

Livre Hebdo 

                                                                                                        "Les montagnes sont des géants assoupis (...) Peut être que nous ne sommes que leur rêve, un rêve de la Terre somnolente."

 

 

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 09:02

 

 

  Descendre dans la soufflerie
Où se terre le mystère inquiet
Des ondes & de l'asymétrie
Des paramètres aux coeur violet
Je vois des voiles d'aluminium
Au fond de mon regard distrait
Des odeurs de mercurochrome
Sur le registre des mes plaies

Le vent glacé sur mon sourire
Laisse une traînée de buée
Quand je regarde l'avenir
Au fond de mes yeux nécrosés
Le vide à des lueurs d'espoir
Qui laisse une ombre inachevée
Sur les pages moisies de l'histoire
Où je traîne ma frise argentée

Mais mon regard s'efface
Je suis l'étranger dans la glace
Mais ma mémoire s'efface

La brume adoucit les contours
Des ratures sur mes triolets
La valse des nuits & des jours
Se perd dans un murmure discret
Les matins bleus de ma jeunesse
S'irisent en flou multicolore
Sur les molécules en détresse
Dans le gris des laboratoires

Mais mon regard s'efface
Je suis l'étranger dans la glace
Mais ma mémoire s'efface

   

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 19:46

primat-sur-la-matiere.jpg

Primat de la matière sur la pensée

la-priere.jpg

La prière

En-20pensant-20-E0-20Man-20Ray.jpg

En pensant...

man_ray.jpg

Le violon d'Ingres

man-ray-radnitsky-emmanuel-189-retour-a-la-raison-2635990.jpg

Retour à la raison

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 17:04
 
Walls de Apparat, un p'tit bijou electro mélanco qui vous donnera un frisson progressif.
 
apparat-walls.jpg
 "Voici la preuve vivante que les allemands ne sont pas les maîtres sur Terre uniquement en matière de minimale. L’électronica organique de « Walls » est là pour rentrer les mauvaises langues dans leur bouche.

En 1997, Sascha Ring s’installe à Berlin, véritable marmite électronique, et fonde deux ans plus tard le label désormais incontournable Shitkatapult. Le nom « Apparat » court alors sur toutes les lèvres, et chacun de ses maxis est un mini-évènement. L’année dernière sort le mélange tant attendu « Orchestra of bubbles » avec son amie Ellen Allien, joli succès qui réconcilie la pop et la minimale et qui annonce en quelque sorte une certaine maturité chez ce producteur et une volonté de se démarquer.

Le disque ne souffre d’aucun écart fatal et a tout l’air d’un tableau coloré, à l’image du visuel de la pochette où s’entrelacent des formes abstraites et bariolées. Apparat prête sa voix, au passage très émouvante, sur trois titres dotés de sublimes instrumentaux empruntés au trip hop et aux ambiances minimales. Les arrangements de cordes se mélangent aux voix des invités, notamment celle du confirmé Raz Ohara, pour sculpter un tout riche et désarmant qui révèle sa vraie beauté intérieure au fil des écoutes.

Entre pop futuriste et electronica, impossible de passer à côté de cet album qui restera dans le haut du tableau pour 2007, quelque soient les prochaines sorties…"

Publié dans Chronique
 
 
Dirty bomb de Filastine une perle electro-world-beat hétéroclite à la note voyageuse ...
" On ne va pas refaire un Laïus sur Filastine, musicien atypico-alter-mondialisto-activiste. Perturbateur de G8, concert politique dans les rues de Tokyo, chef d'orchestre pour percussionnistes dans la plupart des pays d'Amérique du sud... Mr Filas a retourné autant de sound-systems que foulé de contrées avec ses petons. Mais depuis peu, et grâce à Jarring Effect, on avait pu découvrir sur disque la facette musicale du bonhomme, avec son album Burn It, sublime voyage aux quatre coins du monde. Il faut dire que le musicien avait une forte tendance à noyer toutes les réminiscences world glanées aux grés de ses voyages dans les attaques électre-hiphop-noise du plus bel effet. 
Accoucher d'un successeur à Burn It n'a point du se faire sans douleur, tant le danger de la redite (aussi bonne soit-elle) était présent. Certes, ce Dirty Bomb est toujours le reflet d'une musique qui a bourlingué sous toutes les latitudes. Mais Filastine semble aussi avoir posé durablement ses valises en Angleterre, tant le disque transpire le Hip-hop et la bonne Wobble-Bass, qui secouent les caves des Fish&Chips depuis quelques temps.

 Et c'est par un énorme Singularities que débute le disque, hachant un vieux sample de cordes sur un lit de percussions affolées et autres effets noisy, à faire pâlir tout amateur de vinyles dépecés. Tous les sons s'empilent les uns sur les autres pour former une danse qui rappellerait presque celle d'un bandonéon rachitique, drogué jusqu'à la moelle. C'est superbe, dans la lignée direct du précédent album, ça tape, ça prend le cœur, ça vous file la frousse tout en vous donnant envie de bouger comme un con.

Fitnah assurera la première incursion vocale du disque, après une longue intro opaque habitée par un semblant de theremin, grâce à Mademoiselle Jessika Skeletalia Kenney, distillant ses mélopées orientales sur des vrombissements dubstep du plus bel effet.  Un peu plus loin les excavations World de Filastine s'attaqueront au Flamenco sur The Sinking Ship, avec cette guitare en mode virtuose dynamitée par des soubresauts électro-flingués secs comme la mort.

Mais ce n'est pas qu'en jouant / torturant avec les sonorités du monde entier que Filastine s'évertue à donner un caractère universel à sa musique. Le musicien, qui ne veut pas limiter le Hip-hop à quelques invités venus des Usa, a l'excellente idée de proposer ses compostions aux flows de Mc Australien, Japonais, Anglais, Sud-américain ou Français... On tient d'ailleurs le tube du disque avec Hungry Ghosts, réunissant le Japonais EDC et l'australien Wire Mc. Aillant déjà le mérite de mettre en avant deux nations plus que sous exploitées par le Hiphop mondial, le morceau se paye une ligne de basse affolante, avec une mélodie saturée qui tuera toute nuque un tant soit peu sensible au genre. Wire se démènera sur un lit Grime âpre et explosé, avant que le morceau se transforme en bombe dancefloor avec handclaps imparables, les attaques verbales du Nippon se retrouvant ensevelies sous les coups de buttoir de Filastine. On retiendra aussi le très bon Grime / Dubstep de No Lock No Key, qui n'aurait pas fait tache sur le dernier album de The Bug. Mais c'est B'talla qui refera méchamment tressauter nos tympans, Rabah s'arrachant sur une instrue ultra saccadée et bouffée par les bugs.

C'est clairement ce coté électronique mâtiné de dubstep et autres facettes
Filastine²
vrombissantes qui se démarque par rapport à la précédente galette de notre globe-trotteur favoris. Ca gronde, ça grince, ça explose constamment, exploitant moins les sonorités ethniques pour se focaliser sur une matière première plus dure et frontale. Certains morceaux, strictement électroniques et instrumentaux, iront dans ce sens, comme le sauvage Bitrate Sneers, le dubstep lézardé de scratchs de Desordenador ou l'electro-noise sauvage de Marxa. Les réminiscences orientales sont toujours présentes, mais se retrouvent dérouillées par un rouleau compresseur, là où elles pouvaient servir auparavant de fondations.

The road

La conclusion prendra le contre-pied du paragraphe ci-dessus, en nous balançant un  morceau colossal, proche de certaines expérimentations du dernier Von Magnet, où le chant gitan de La Peria se retrouve mêlé à des paraboles expérimentales, pour un mélange à vous raidir la gueule pour dix jours. Absolument sublime, bien que bref, Como Fugitivos vous arrache le cœur pour vous le faire bouffer manu-militari avant de vous terminer à coup de pelle dans la tronche.

Sans égaler l'énorme Burn It, clairement plus inclassable que ce nouvel essai,  Dirty Bomb continue avec brio son travail de sape au combien nécessaire : Celui de considérer la terre comme un seul pays, abolissant les frontières sonores pour plonger les éléments les plus traditionnels avec les excursions les plus synthétiques, sans jamais sonner comme une compilation pour globe-trotter du dimanche. Filastine aime le monde et ses hasards, il les défend, il les sublimes et veut surtout les porter aux oreilles du plus grand nombre en les mâtinant de sa patte dérouillée et aventureuse, toujours au bord de l'explosion.

Beaucoup plus frontal et rude que son prédécesseur, Dirty Bomb se pose en parfait miroir d'un monde où le soleil, entre les immeubles, se fait de plus en plus rachitique.  Continuer à arpenter la route et en glaner ses richesses musicales, avant que tout soit recouvert de cendres. Trop rare dans nos oreilles, donc essentiel.

Filastine revient avec un album plus âpre, plus frontal, qui concasse toujours sauvagement les richesses d'un monde en déliquescence. "

Publié dans Krinein magazine 

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 13:26

« Je ne conçois l'érotisme qu'à travers une dimension métaphysique. J'aime l'excès, l'onirisme, l'insolite. Aussi, je fais mienne cette phrase de Baudelaire : "Dans l'art, il n'y a que le bizarre qui soit beau". Je n'éprouve de besoin que de femmes pour interprètes de mes rôles et d'une petite fille, ma fille Eva. La nuit seule est propice aux prises de vue de mon théâtre et les lieux sont toujours clos, je les veux parfumés de mystères, de ténèbres et de voies lactées. »

Irina. Hélène en rob e longue... 

  "La photographie est pour moi  un élément essentiellement poétique, je l'envisage comme une écriture théâtrale, où je fixe dans un déroulement obsessionnel et incessant tous mes fantasmes. » IRINA IONESCO

    Dandy's à bicyclette                 

  Née en 1935 sous le signe de la Vierge, Irina Ionesco s'est illustrée par sa photographie libre et poétique, par une imagerie qui vibre à l'érotique, une personnalité à la fibre excentrique.

 .  

Elevée par sa grand-mère roumaine, sans père ni mère, elle grandit à Constanta puis s'installe à Paris en 1946. D'abord, Peintre et voyageuse elle s'entousiasme pour la photographie en 1965. 

Elle intègre la femme dans un univers de rêves sombres, où elle même se mystifie, se multiplie, s'invente et revêt tour à tout les facettes des mille miroirs dans lesquels elle se Natachaplonge. 

Ses images très travaillée sont des oeuvres théâtrales mêlant érotisme et élégance, punk et gothique.

"La plus grande partie des œuvres d'Irina montre des femmes savamment habillées, parées de bijoux, gants et autres atours, accompagnées d'objets symboliques comme des foulards et autres symboles fétichistes, posant d'une manière provocante, s'offrant à moitié dénudées comme objets de possession sexuelle". La controverse est née du fait de la mise en scène de sa fille Eva qui se prête à l'objectif dans des  poses suggestives et langoureuse, en madone grimée, en star du cinéma muet, en princesse noire des année folles. La gamine rebelle,deviendra dès lors l'égérie pouponne au rondeurs enfantines du Palace.  Une exposition en  1974,  à la galerie parisienne Nikkon la révélera au public. Ce dernier partagé entre fascination et gêne, crée la polémique salutaire qui la fera multiplier les publication dans de nombreux magazines et recueils.

  EVA POUP2E

 

  

20090529-II-0020-Ionesco.jpg
Bibliographie :
  • Liliacées langoureuses aux parfums d’Arabie (1974)
  • Femmes sans tain (1975)
  • Nocturnes (1976)
  • Litanies pour une amante funèbre (1976)
  • Le Temple aux miroirs (1977)
  • Cent onze photographies érotiques (1980)
  • Le Divan (1981)
  • Les Passions (1984)
  • The Eros of Baroque (1988)
  • Les Immortelles (1991)
  • Égypte chambre noire (1991)
  • Méditerranéennes(1991, avec Elisabeth Foch)
  • Kafka ou le passant de Prague (1992)
  • TransEurope (1994)
  • Nudes (1996)
  • Eva: Éloge De Ma Fille (2004)
  • L'Œil de la poupée (2004, avec Marie Desjardins)
  • R (2004)
  • Le Japon interdit (2004)  

doigt longs

Avec l'oeil de la poupée, son premier roman, la photographe s'expose elle-même dans une mise en scène autobiographique qui la dévoile sans restriction.

 Aujourd'hui encore Irina Ionesco multiplie les projets qui donnent lieu à des expositions et des publications  07111110.jpg

 

 Filmographie :

 Eva Ionesco tourne "my little princesss" film autobiographique

 

Eva Ionesco livre un film de grande ampleur qui mi-conte noir, mi-récit dévoile l'Amour un peu toxique d'une mère écorchée qui ne voit d'autre salut que l'Art. "C'est l'histoire universelle d'une petite fille qui ne cesse d'attendre l'objet de son amour mais qui, quand il advient, l'efface d'un coup d'objectif scrutateur, et la (dés) habille avec des mise en scène digne de Lewis Carroll

 

  

AlainPacadisetEvaIonesco.jpg

la fumeuse d'opium

le penseur

Irina Ionesco - galerie egp

DOUBLE EVA

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 16:55

 

 

Friselis de douleurs qui picotent jusqu'à Run

m'enchantant quasiment de l'angoisse qui me noue

Complaisance éthérée du malade un peu fou

qui rêve à son histoire plutôt que vivre jeune

 

n'est-il pas crapuleux de s'aimer malheureux ? 

Quand la chasse coure après le fugace bonheur

Sommes nous assez fort pour faire cesser la peur ?

Ou bien trop faible pour laisser entrer Dieu ?



Désordre alambiqué de mes sinistres songes 

qui me mènent par delà l'unique vérité

A mon corps flasque et nu comme une molle éponge

mes rêves se collent en attendant l'hilarité 

   

n'est-il pas crapuleux de s'aimer malheureux ? 

 Quand la chasse coure après le fugace bonheur  

Sommes nous assez fort pour faire cesser la peur ?  

Ou bien trop faible pour laisser entrer Dieu ?

 

Ainsi se meurent mon âme d'aujourd'hui et rêve 

Aux crevasses passées, aux souillures de demain

A la bonté, aux voyages, à l'Amour..., la trêve

"paralysie",  m'envoie son regard cristallin

 

n'est-il pas crapuleux de s'aimer malheureux ?  

Quand la chasse coure après le fugace bonheur

 Sommes nous assez fort pour faire cesser la peur ?

Ou bien trop faible pour laisser entrer Dieu ?

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 16:29

Noircir l'étagère surannée de mes douleurs

tâcher d'épousseter mes peurs...

Impatience alanguie qui coure

Derrière le calembour

qui tambourine :

"Personne alitée

Dégages

Personnalité

Des gages ..."

Pris et mépris depuis le lit

Rose de ma petitesse enfantine

Partager cet article
Repost0

Visage De L'invisible

  • : Biz'Art
  • : " Un journal est une longue lettre que l'auteur s'écrit à lui même, et le plus étonnant est qu'il se donne à lui-même de ses propres nouvelles." Julien Green, Journal
  • Contact

Déracinés ...

imagesCAZKQ4OQ   " La lisière est belle , s'était toujours entendu dire la jeune fille par ses parents, nous avons bien de la chance  de pouvoir admirer la forêt de nos fenêtres mais, point trop n'en faut. Notre vraie vie se déroule dans les prés, les villes, et villages, les églises et écoles, tous ces lieux harmonieusement disposés et cartésiennement surveillés par les diverses instances de l'ordre social, économique, religieux, et politique."                   

Nancy Huston   femme-arbre2

  "Il y a deux sortes d'arbres : les hêtres et les non-hêtre."

 Raymond Queneau

chaignon li rose

" L'harmonie fut ma mère dans la chanson des arbres et c'est parmi les fleurs que j'ai appris à aimer."

 Friedrich Hölderlin

imagesCAL7CPWN

"C'est l'hiver, les arbres sont en bois"  

Jules Renard  

Krishnamurti

  "La beauté inclut évidemment la beauté de la forme; mais sans la beauté intérieure, la simple appréciation sensuelle de cette beauté de la forme mène à la dégradation, à la désintégration. Il n'est de beauté intérieure que lorsqu'on éprouve un amour véritable pour les gens et les choses qui peuplent la terre, cet amour s'accompagne d'un très haut degrè de considération, de prévenance et de patience."

 

kris

" Cette terre est la nôtre, elle n'appartient ni aux communistes, ni ni aux socialistes, ni aux capitalistes; elle est à vous et à moi, prête à nous offrir une vie riche, heureuse, sans conflit. Mais ce sentiment de la richesse de la vie, ce sentiment de bonheur, ce sentiment qui nous souffle : "Cette terre est à nous", ne peut être suscité par la coercition ou par la loi. Il ne peut venir que de l'intérieur, parce que nous aimons la terre et tout ce qui l'habite : voilà ce qu'est cet état de perpétuel apprentissage."

HaïKuS eStAmPéS

geisha-en-rose-001 1232031722 thumbnail

Jupe virevoltante

et chignon haut placé

 

Je l'ai vu passé

rue de la Gaîté

 

belle

         belle

                  belle

à pleurer

 

Givaudan

estampe japonaise 1

Orchidée du soir

cachant dans son parfum

le blanc de sa fleur

Buson

imagesCAN6RQ19 

Ni sourire

ni larmes

dans cet hibiscus

Ransetsu

Shiro%20Kasamatsu%20Soir%20brumeux%20%20sur%20l%20etang%20d 

Rampant sur le sol

de la maison déserte

un volubilis

Shiki

imagesCAP8OF52 

Sur un tas d'ordures

un volubilis a fleuri -

tardifd'automne

Taigi

hokusai1big 

Visite au cimetière

le plus jeune enfant

porte le balai

Issa

imagesCAYY0J2S

Descendant du champs

ruisselant sur eux

l'eau de l'automne

Buson

BULLE NEIGE 

Sous la lune voilée

les fleurs de Kaido

sommeillent

Kikaku

imagesCAYIIYKH 

Si rudement tombe

sur les oeillets

l'averse d'été

Sampû

PONT HIROSHIGE 

Averse d'été -

les moineaux du village

s'accrochent aux herbes

Buson

estampe 

Même au fond des puits

on peut voir les étoiles

Givaudan

imagesCAMGE2VO

ROUGE

DREAMSELLER by notmystyle 

Ocre rouge, rouge rubis, vermillon, cramoisi, pourpre, sang, carmin, écarlate, lie de vin ... Les nombreux mythes qui évoquent la genèse de la Terre la décrivent de couleur rouge. La science a mis en évidence que le pigment le plus répandu à la surface du globe est l'oxyde de fer qui devient rouge dès qu'il s'altère. Il est donc très probable que le premier continent fut effectivement rouge à l'aube de son Histoire...  

  plagerouge en Chine

La plage rouge de la province de Liaoning en Chine. Les algues de ce marais d'eau salée rougeoient nos mois d'été...

 

Rouge

le rouge de Zao Wou Ki

 

 

l'iris est un coeur...

" Chaque fois qu'un enfant dit : "je ne crois pas aux fées", il y a quelque part une petite fée qui meurt"  

James Matthew Barrie Peter Pan

 

  Fairies Looking Through A Gothic Arch, John Anster Fitzerald 


"Fées répandez partout la rosée sacrée des champs " 

William Shakespeare, Le songe d'une nuit d'été 

Spirit-of-the-Night--1879

Spirit of the Night, John Atkinson Grimshaw

 

"La bonne grâce est le vrai don des fées; sans elles on ne peut rien, avec elle on peut tout."

Charles Perrault, Cendrillon  

Les_anemones_1891-copie-1.JPG

Les anémones, Maurice Denis


"Le hasard, c'est le déguisement de Dieu pour voyager incognito." 

Saint Exupery