Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 10:46

Horaces.jpg

 

- Le Serment des Horaces peint par Jacques-Louis David (1748-1825)

- Huile sur toile monumentale 330cm / 425cm peinte de 1784 à 1785

- Peinture d'histoire exposée  au musée du Louvres à Paris

 

         Ce tableau illustre une scène Antique montrant un homme distibuant des épées à trois soldats.

                     Il s'agit des trois frères Horaces à qui leur père demande la chose suivante : "  Jurez moi que vous défendrez  Rome jusqu'à la mort.", il leur demande ainsi de protéger Rome des champions de la ville d'Elbe : les Curiaces.  Le seul victorieux fut l'un des trois frère, qui à son retour fut maudit pour avoir tué sa soeur qui se lamentait d'avoir perdu son époux albain de sa main. Il fut cependant gracié par le peuple. Bien que l'histoire apparaisse dans les écrits de Plutarque ou Tite-Live, David créa de toute pièce ce serment probablement emprunté à la confrérie des Franc-maçons dont il était membre. Liés par le mariage à leur soeurs respectives, le sacrifice des Horaces et des Curiaces exalte des vertus patriotiques. Le peintre oppose ici l'homme et son sens du devoir et de l'honneur à la femme représentante de la vie et du sentiment. Cette dernière est alors la reine du foyer, elle est une épouse fidèle mais son esprit et ses influences n'ont aucun poid en cette fin XVIII. Le mouvement Rococo qui se plaît à sublimer la chair et la grâce de manière hédoniste commence à devenir désuet et le néo-classicisme de David virilise l'Art.  Récompensé par le prix de Rome comme le sera plus tard son élève Ingres, il séjournera à Rome où il trouvera l'inspiration pour ses sujets antiques. Ainsi choisit-il de représenter l'instantanéité du serment.

 

                       Avec son Serment des Horaces, David rompt définitivement avec les valeurs académiques. Il brise ici les règles habituelles de composition en décentrant les sujets principaux. Sa composition sobre est cependant très recherchée et basée sur une trinité omniprésente. Ainsi les trois frères auxquels le père offre trois épées, et qui tourne le dos à trois femmes éplorées. On compte alors trois groupes de personnages s'inscrivant dans les trois arches de l'arrière-plan. La première association est composée des trois Horaces : les frère  sont positionnés de manière triangulaire. Ils évoquent la force, la stabilité et l'unité de leur groupe, mais aussi celle qui règne dans chacun deux. Au centre, se trouve le père qui, dans un mouvement de recul, distribue les armes. A droite les femmes forment elles aussi une pyramide mais sont dessinées en courbes tandis que les lignes masculines sont tendues. Si David les a réunies ici c'est pour accentuer la peine qu'elles ressentent et l'opposer au sens de l'honneur typiquement masculin.  Le maître a parfaitement respecté la règle des tiers, l'oeil se centre alors sur le "tiers-central" : les mains tendues des Horaces vers les glaives que leur offre leur père, le peintre choisit de mettre l'accent sur le serment prêté. La scène théâtralisée est très solennelle mais comme prise sur le vif. David a en effet choisit trois épées différentes pour souligner le caractère impromptu de la scène et son instantanéité. A l'instar Des Glaneuses de Millet, où les femmes sont placées sous la ligne d'horizon pour indiquer leur pauvreté, la ligne médiane distingue les hommes et leur patriotisme, ils aparaissent élevés, héroïques tandis que les femmes qui les désapprouvent et les subissent sont courbées sous la ligne. La construction de ce tableau évoque la stabilité mais par le fond d'arcades restées dans l'ombre David crée un arrière-plan suggérant d'insondables profondeurs. Les éléments architecturaux donnent un parfait équilibre à la scène qui se déroule dans une villa aristocratique, le dallage horizontale du sol et la verticalité des colonnes s'opposent et renforcent encore cette notion d'équilibre.

                       Les ombres portées révèlent que la lumière vient de gauche et éclaire donc en premier lieu les personnages masculins , cette lumière participe au caractère dramatique de la scène. "Elle est dite Caravagesque, violente, contrastée et instaure de fait un effet théâtral aux scène peintes : on peut la comparer à un projecteur braqué vers les personnages mis en valeur. De plus cette technique étant surtout utilisée dans des oeuvres à sujet religieux, elle confère au Serment des Horaces une dimension plus sacrée." Les couleurs divisent encore les groupes féminins et maculins, les hommes arborent des couleurs vives où le rouge, symbole de force, de virilité, de puissance et d'action, domine. les femmes quand à elles portent des vêtements de couleur  plus ternes évoquant leur langueur, leur tristesse et leur incapacité d'action.

 

                          Le Serment des Horace enchanta aussitôt le public, Diderot lui-même  consacra à l'oeuvre  un article élogieux. Ce tableau s'incrit comme le symbole du néo-classicisme dont David était le chef de file, ce mouvement artistique, sculptural et architectural s'étendit de 1750 à 1830 environ. Contrairement au romantiques les néo-classiques sacrifient la couleur pour la perfection de la ligne et  recherche un idéal en puisant  techniques et sujets chez les Classiques. Le Serment des Horaces devint quelques année après son exposition, le symbole de la Révolution française mais il est peu probable que David l'ait conçu comme un appel à la révolution.  Il permit en tous cas la consécration de David qui devint célèbre. Son admiration  pour Napoléon Ier lui vaudra sa plus grande composition :  Le sacre de Napoléon et aussi l'exil pour le titre de peintre de l'empire sous la Restauration. "Il fut l'un des artistes les plus admirés, enviés et honnis de son temps, autant pour ses engagements politiques que pour ses choix esthétiques. Par le passé, rarement un artiste a épousé à ce point les grandes causes en mêlant intimement art et politique."

 

Le Sacre de Napoléon

 

ben1_david_001f.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Visage De L'invisible

  • : Biz'Art
  • : " Un journal est une longue lettre que l'auteur s'écrit à lui même, et le plus étonnant est qu'il se donne à lui-même de ses propres nouvelles." Julien Green, Journal
  • Contact

Déracinés ...

imagesCAZKQ4OQ   " La lisière est belle , s'était toujours entendu dire la jeune fille par ses parents, nous avons bien de la chance  de pouvoir admirer la forêt de nos fenêtres mais, point trop n'en faut. Notre vraie vie se déroule dans les prés, les villes, et villages, les églises et écoles, tous ces lieux harmonieusement disposés et cartésiennement surveillés par les diverses instances de l'ordre social, économique, religieux, et politique."                   

Nancy Huston   femme-arbre2

  "Il y a deux sortes d'arbres : les hêtres et les non-hêtre."

 Raymond Queneau

chaignon li rose

" L'harmonie fut ma mère dans la chanson des arbres et c'est parmi les fleurs que j'ai appris à aimer."

 Friedrich Hölderlin

imagesCAL7CPWN

"C'est l'hiver, les arbres sont en bois"  

Jules Renard  

Krishnamurti

  "La beauté inclut évidemment la beauté de la forme; mais sans la beauté intérieure, la simple appréciation sensuelle de cette beauté de la forme mène à la dégradation, à la désintégration. Il n'est de beauté intérieure que lorsqu'on éprouve un amour véritable pour les gens et les choses qui peuplent la terre, cet amour s'accompagne d'un très haut degrè de considération, de prévenance et de patience."

 

kris

" Cette terre est la nôtre, elle n'appartient ni aux communistes, ni ni aux socialistes, ni aux capitalistes; elle est à vous et à moi, prête à nous offrir une vie riche, heureuse, sans conflit. Mais ce sentiment de la richesse de la vie, ce sentiment de bonheur, ce sentiment qui nous souffle : "Cette terre est à nous", ne peut être suscité par la coercition ou par la loi. Il ne peut venir que de l'intérieur, parce que nous aimons la terre et tout ce qui l'habite : voilà ce qu'est cet état de perpétuel apprentissage."

HaïKuS eStAmPéS

geisha-en-rose-001 1232031722 thumbnail

Jupe virevoltante

et chignon haut placé

 

Je l'ai vu passé

rue de la Gaîté

 

belle

         belle

                  belle

à pleurer

 

Givaudan

estampe japonaise 1

Orchidée du soir

cachant dans son parfum

le blanc de sa fleur

Buson

imagesCAN6RQ19 

Ni sourire

ni larmes

dans cet hibiscus

Ransetsu

Shiro%20Kasamatsu%20Soir%20brumeux%20%20sur%20l%20etang%20d 

Rampant sur le sol

de la maison déserte

un volubilis

Shiki

imagesCAP8OF52 

Sur un tas d'ordures

un volubilis a fleuri -

tardifd'automne

Taigi

hokusai1big 

Visite au cimetière

le plus jeune enfant

porte le balai

Issa

imagesCAYY0J2S

Descendant du champs

ruisselant sur eux

l'eau de l'automne

Buson

BULLE NEIGE 

Sous la lune voilée

les fleurs de Kaido

sommeillent

Kikaku

imagesCAYIIYKH 

Si rudement tombe

sur les oeillets

l'averse d'été

Sampû

PONT HIROSHIGE 

Averse d'été -

les moineaux du village

s'accrochent aux herbes

Buson

estampe 

Même au fond des puits

on peut voir les étoiles

Givaudan

imagesCAMGE2VO

ROUGE

DREAMSELLER by notmystyle 

Ocre rouge, rouge rubis, vermillon, cramoisi, pourpre, sang, carmin, écarlate, lie de vin ... Les nombreux mythes qui évoquent la genèse de la Terre la décrivent de couleur rouge. La science a mis en évidence que le pigment le plus répandu à la surface du globe est l'oxyde de fer qui devient rouge dès qu'il s'altère. Il est donc très probable que le premier continent fut effectivement rouge à l'aube de son Histoire...  

  plagerouge en Chine

La plage rouge de la province de Liaoning en Chine. Les algues de ce marais d'eau salée rougeoient nos mois d'été...

 

Rouge

le rouge de Zao Wou Ki

 

 

l'iris est un coeur...

" Chaque fois qu'un enfant dit : "je ne crois pas aux fées", il y a quelque part une petite fée qui meurt"  

James Matthew Barrie Peter Pan

 

  Fairies Looking Through A Gothic Arch, John Anster Fitzerald 


"Fées répandez partout la rosée sacrée des champs " 

William Shakespeare, Le songe d'une nuit d'été 

Spirit-of-the-Night--1879

Spirit of the Night, John Atkinson Grimshaw

 

"La bonne grâce est le vrai don des fées; sans elles on ne peut rien, avec elle on peut tout."

Charles Perrault, Cendrillon  

Les_anemones_1891-copie-1.JPG

Les anémones, Maurice Denis


"Le hasard, c'est le déguisement de Dieu pour voyager incognito." 

Saint Exupery