Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 11:36

Ingre-_Grande_Odalisque-copie-1.jpg

 

- La Grande Odalisque peinte par Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867)

- Nu de dimension moyenne 91cm / 162cm  peint en 1814 et exposé au Musée du Louvre à Paris

- Oeuvre de commande (1813)  par Caroline Murat, soeur de Napoléon Ier et reine de Naples, pour servir de pendant  à La Dormeuse de Naples acquise par son mari, à Rome, en 1809 et non payée à cause de la chute de l'empire mais livrée par Ingres en 1814

- exposée pour la première fois au salon de 1819, (Ingres l'y envoya depuis l'Italie)

 

 

                    Sous nos yeux s'allonge le corps d'une femme nue, une femme de harem désignée par le mot Odalisque du turc Odalik. Cette femme et le décor orientale qui l'entoure suggère un érotisme "Ingresque".

                     Ingres qui a bien connu l'Italie ne connaît rien des terres d'Orient qui ont le vent en poupe depuis les expéditions Napoléoniennes et le fameux journal de Lady Montague qui l'inspira grandement ;  il se plait pourtant à représenter un Orient onirique, où la femme fantasmée y est sensuelle et sensible aux jeux de l'amour contrairement à la femme occidentale qui même dans l'intimité ne dévoile pas sa nudité.  Ainsi expose-t-il son nu lascif aux yeux de ses contemporains. L'Odalisque nous regarde avec ce regard qui semble ivre d'amour et dans l'attente d'un regain de flamme. Il transparaît qu'elle vient juste de quitter un homme qui la satisfaite et en attendre un autre pour combler son insatiable appétit sexuel.

                   Ce corps lascif, qui s'étend sur toute la largeur du tableau, est pourtant abstrait, mais sa déformation est voulue par Ingres qui prèfère volontairement sacrifier la vraisemblance pour la beauté. Il a en effet ajouté trois vertèbres à ce dos offert, l'angle de sa jambe gauche est peu naturel, son sein ne devrait pas apparaitre autant et son bras est définitivement trop long. Ses jambes qui sortent du lit donnent un impression de flottement comme si elle n'était attachée à rien, elle va ainsi de lit en lit avec ses pieds purs dont la voute plantaire n'a pas été altérée par le peintre. Toutes ces imperfections ne font que renforcer l'attitude lascive de cette femme imaginaire. Ingres soumet son modèle à sa manière comme il le fit pour La Baigneuse de Valpinçon, toutes deux sont représentées de dos, selon l'archétype de l'époque. Cependant, elle pose sur le spectateur un regard ambigue, sans pudeur, elle a conscience qu'on l'observe et qu'elle nous rend l'oeuillade. Elle est soumise au bon vouloir de l'homme , et on y voit une langueur coutumière, sans surprise elle regarde les observateurs de sa nudité.

                      Bien que pour Ingres :" La ligne soit la maîtresse et la couleur sa servante", les effets de matière et les oppositions de couleurs sont ici travaillés à la perfection. La gamme chromatique choisie par le peintre est très forte, ainsi le bleu métallique du rideau de soie brodés de fleurs rouges et dorées occupe la partie droite du tableau tandis qu'à l'opposé on y trouve ses complémentaires orangées et lins. L'odalisque est étendue sur un tissus bleu ciel et se détache de la composition par son teint ambré. Les accessoires présent confèrent au tableau une ambiance orientalisante à mi-chemin entre la Chine et le Moyen-Orient. A ses pied un plateau avec fourneau et pipe servant probablement à s'ennivrer d'Opium,  drogue procurant rêves et lenteur ; comme une métaphore de la sensualité de la scène fantasmée. Elle porte un turban brodé qu'elle fait tenir grâce à une broche de perle, le chasse-mouche qu'elle tient est fait de plume de paon, oiseau qui symbolise l'Inde et au premier plan, à la naissance de ses fesses un collier assorti à la broche laisse imaginer qu'il a été enlevé à la hâte, enfin quelques bracelets entourent son poignet droit. Ces multiples accessoires renforcent encore la nudité de cette femme, par leur préciosité et mettent l'accent sur le corps, sujet sans cesse exploré par le maître

          Ingres comme son maître David remporta le prix de Rome et passa dix huit années en Italie où il se passionna pour les peintres de l'Antique comme Raphaël et plus généralement par le Quattrocento. Ingres amoureux de la ligne dira : "une chose bien dessinée est toujours assez bien peinte", il voue également un culte à la musique et au corps féminin, deux passions qui transparaitront toujours dans sa peinture. Dans La Grande Odalisque le peintre réuni toute ses caractéristiques : la perfection formelle, l'extrême minutie, la grande sensualité, les déformations anatomiques et son goût pour les formes géométriques. La pose de l'Odalisque rappelle un tableau de son mâtre David Madame de Récamier. Ce qui démontre la faible créativité de Ingres qui était avant tout un génial technicien. Ainsi retrouve ton dans son ultime tableau, Le Bain Turc, toute les figures qu'il avait déjà travaillé. La Grande Odalisque est une oeuvre de jeunesse, et à cette période Ingres est plutôt mal compris et considéré comme un novateur, La Grande Odalisque sera d'ailleur mal accueillie lors de son exposition au salon de 1819. De opar sa formation académique Ingres était porté à peindre et à dessiner des nus avec exactitude (il fit d'ailleur de nombreuses études préparatoires de nus pour la plupart de ses tableaux, y compris les portrait). Mais dans ses nus l se consacrait davantage à des recherches purement formelles, souvent incomprises de ses contemporains, sans se soucier du rendu réaliste d'une anatomie. Toute sa vie Ingres fera de nombres reprises et les réinterprétations d'une m^me figure (au moins six tableaux pour La Grand Odalisque). On l'a souvent opposé à ses contemporains plus jeunes, les romatiques Delacroix et Géricault, il n'en reste pas moins novateur. L'audace suprême résidait peut-être dans le fait m^me de présenter au Salon de 1819, et dans un tel format, un nu féminin dénué de tout prétexte mythologique ou historique.

 


  Madame de Récamier, David

  david-Madame-de-Recamier.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires

Visage De L'invisible

  • : Biz'Art
  • : " Un journal est une longue lettre que l'auteur s'écrit à lui même, et le plus étonnant est qu'il se donne à lui-même de ses propres nouvelles." Julien Green, Journal
  • Contact

Déracinés ...

imagesCAZKQ4OQ   " La lisière est belle , s'était toujours entendu dire la jeune fille par ses parents, nous avons bien de la chance  de pouvoir admirer la forêt de nos fenêtres mais, point trop n'en faut. Notre vraie vie se déroule dans les prés, les villes, et villages, les églises et écoles, tous ces lieux harmonieusement disposés et cartésiennement surveillés par les diverses instances de l'ordre social, économique, religieux, et politique."                   

Nancy Huston   femme-arbre2

  "Il y a deux sortes d'arbres : les hêtres et les non-hêtre."

 Raymond Queneau

chaignon li rose

" L'harmonie fut ma mère dans la chanson des arbres et c'est parmi les fleurs que j'ai appris à aimer."

 Friedrich Hölderlin

imagesCAL7CPWN

"C'est l'hiver, les arbres sont en bois"  

Jules Renard  

Krishnamurti

  "La beauté inclut évidemment la beauté de la forme; mais sans la beauté intérieure, la simple appréciation sensuelle de cette beauté de la forme mène à la dégradation, à la désintégration. Il n'est de beauté intérieure que lorsqu'on éprouve un amour véritable pour les gens et les choses qui peuplent la terre, cet amour s'accompagne d'un très haut degrè de considération, de prévenance et de patience."

 

kris

" Cette terre est la nôtre, elle n'appartient ni aux communistes, ni ni aux socialistes, ni aux capitalistes; elle est à vous et à moi, prête à nous offrir une vie riche, heureuse, sans conflit. Mais ce sentiment de la richesse de la vie, ce sentiment de bonheur, ce sentiment qui nous souffle : "Cette terre est à nous", ne peut être suscité par la coercition ou par la loi. Il ne peut venir que de l'intérieur, parce que nous aimons la terre et tout ce qui l'habite : voilà ce qu'est cet état de perpétuel apprentissage."

HaïKuS eStAmPéS

geisha-en-rose-001 1232031722 thumbnail

Jupe virevoltante

et chignon haut placé

 

Je l'ai vu passé

rue de la Gaîté

 

belle

         belle

                  belle

à pleurer

 

Givaudan

estampe japonaise 1

Orchidée du soir

cachant dans son parfum

le blanc de sa fleur

Buson

imagesCAN6RQ19 

Ni sourire

ni larmes

dans cet hibiscus

Ransetsu

Shiro%20Kasamatsu%20Soir%20brumeux%20%20sur%20l%20etang%20d 

Rampant sur le sol

de la maison déserte

un volubilis

Shiki

imagesCAP8OF52 

Sur un tas d'ordures

un volubilis a fleuri -

tardifd'automne

Taigi

hokusai1big 

Visite au cimetière

le plus jeune enfant

porte le balai

Issa

imagesCAYY0J2S

Descendant du champs

ruisselant sur eux

l'eau de l'automne

Buson

BULLE NEIGE 

Sous la lune voilée

les fleurs de Kaido

sommeillent

Kikaku

imagesCAYIIYKH 

Si rudement tombe

sur les oeillets

l'averse d'été

Sampû

PONT HIROSHIGE 

Averse d'été -

les moineaux du village

s'accrochent aux herbes

Buson

estampe 

Même au fond des puits

on peut voir les étoiles

Givaudan

imagesCAMGE2VO

ROUGE

DREAMSELLER by notmystyle 

Ocre rouge, rouge rubis, vermillon, cramoisi, pourpre, sang, carmin, écarlate, lie de vin ... Les nombreux mythes qui évoquent la genèse de la Terre la décrivent de couleur rouge. La science a mis en évidence que le pigment le plus répandu à la surface du globe est l'oxyde de fer qui devient rouge dès qu'il s'altère. Il est donc très probable que le premier continent fut effectivement rouge à l'aube de son Histoire...  

  plagerouge en Chine

La plage rouge de la province de Liaoning en Chine. Les algues de ce marais d'eau salée rougeoient nos mois d'été...

 

Rouge

le rouge de Zao Wou Ki

 

 

l'iris est un coeur...

" Chaque fois qu'un enfant dit : "je ne crois pas aux fées", il y a quelque part une petite fée qui meurt"  

James Matthew Barrie Peter Pan

 

  Fairies Looking Through A Gothic Arch, John Anster Fitzerald 


"Fées répandez partout la rosée sacrée des champs " 

William Shakespeare, Le songe d'une nuit d'été 

Spirit-of-the-Night--1879

Spirit of the Night, John Atkinson Grimshaw

 

"La bonne grâce est le vrai don des fées; sans elles on ne peut rien, avec elle on peut tout."

Charles Perrault, Cendrillon  

Les_anemones_1891-copie-1.JPG

Les anémones, Maurice Denis


"Le hasard, c'est le déguisement de Dieu pour voyager incognito." 

Saint Exupery